Saveurs azuréennes salées par LES ZIGS

par | Avr 20, 2020 | Blog

L’apéro à la niçoise, la Merenda comme on dit en nissart, se compose de plusieurs goûts. Outre la socca, qui sert également de casse-croûte qu’elle que soit l’heure de la journée, on a la pissaladière et bien sûr les olives. Idéales pour accompagner un pastis, un rosé bien frais ou une bière (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé…).

LA PISSALADIÈRE

Son origine semble remonter au Ier siècle après J.-C dans les Alpes-Maritimes alors romaines. Au XIXe siècle, la recette de cette sorte de tarte parle de pâte à pain, d’oignons, du pissalat, des anchois et des olives pour garnir. Le « pissalat » était concocté à partir de la « poutine » (nom local niçois pour les alevins de sardines), des épices et du sel. Une fois macéré, ce mélange était alors ajouté aux oignons confits dans l’huile d’olive. Le tout est étalé sur la pâte à pain et cuit au four.

Si le pissalat est moins utilisé aujourd’hui dans les cuisines familiales, la recette n’a pas bougé ! On ajoute des filets d’anchois sur les oignons et des olives de Nice pour parfumer et décorer Les végétariens se régalent de la version sans poisson.

Dans les Alpes-Maritimes, la pissaladière est vendue en boulangerie, en parts carrées. Elle fait partie de la vitrine, comme n’importe quel sandwich ou quiche lorraine à Paris. Tous les Niçois ont le souvenir d’une part de pissaladière achetée à la boulangerie, avec le papier qui se tâche d’huile d’olive et ensuite l’odeur d’oignon sur les doigts… ou dans la voiture !!!!

LES ZIGS ont leur petit tour de main pour faire la pissaladière avec la recette de Mado, la grand-mère de la fondatrice DES ZIGS. Demandez-la nous ! + lien page offres evtns

L’OLIVE AOP DE NICE

Olive AOP de Nice

L’AOP couvre un terroir de 99 communes, pour 300 000 oliviers dans les Alpes-Maritimes dont 90 % fournissent la variété dite « cailletier ». Cueillie de novembre à avril l »olive de Nice » est petite, de couleur variée allant du vert jaunâtre au noir violacé.

Sa chair légèrement amère est parfaite pour accompagner un apéritif.

Pour respecter ses parfums et ses qualités, elle se conserve en saumure, minimum 3 mois pour être appréciée en toute simplicité.

On la déguste en pâte d’olive (le caviar niçois) et elle donne la délicieuse « huile d’olive de Nice » AOP.

Comme toute production artisanale de terroir, les volumes et approvisionnements sont liés aux aléas climatiques donc variables d’une année à l’autre.

Sur les collines de Nice, l’exploitation Champsoleil d’Henri Derepas produit une Cailletier bio de très grande qualité et en plus vous pourrez être accueillis en gîte si vous souhaitez séjourner.

Pin It on Pinterest

Share This